Nathalie Joseph : J’ai envie de passer un contrat avec l’Etat

Juin 16, 2020

id : jh.56d2.002

Lors de la première saison de 56 degrés aux États-Unis, peu de choses m’ont manquées. J’avais réussi à me contenter de peu. Ce n’est qu’au retour que j’ai réalisé combien j’avais toujours cherché à manger du chocolat, mais que presque rien là bas n’avait satisfait mes exigences. Oui, les Mars de stations-service ne sont pas très enthousiasmants !

C’est par hasard que j’ai découvert la chocolaterie Joseph rue des 3 Conils à Bordeaux. C’est le second magasin de Frédéric et Nathalie Joseph, chocolatiers réputés de Périgueux. À force d’y aller régulièrement, j’ai fait la connaissance de Mme Joseph et nous avons parlé politique, de sa vision d’artisan de la vie économique, ce jour là elle était en colère parce qu’elle venait d’apprendre devoir payer la taxe d’apprentissage.

Je ne comprends, pas je forme deux apprentis et je dois payer 800€ de taxe d’apprentissage. C’est pas cohérent, ce n’est pas ceux qui ne forment pas qui doivent payer ?

De son expérience d’ancienne éducatrice spécialisée et ancienne salariée, elle me confie essayer de toujours prendre soin de ses employés en les augmentant chaque année, eux même ne se sont pas augmentés depuis 4 ans. Son mari recherche à embaucher un chocolatier pour le seconder dans la fabrication, mais ils se retrouvent bloqués : les cotisations ajoutées au salaires sont trop élevée pour se le permettre.

Mon mari a besoin d’embaucher un chocolatier, mais nous n’en avons pas les moyens. J’ai envie de signer un contrat avec l’État en m’engageant à embaucher en échange d’une baisse de charges.

Alors voilà son idée, pourquoi ne pas s’engager contractuellement à embaucher en échange d’un allègement de ces cotisations ?